RECENSEMENT DES BONNES IDEES DANS LES SEL

10.09.2010 | Elisabeth
712 visiteurs  -  Aucun commentaire

Ce texte a été réalisé à partir d’une compilation des bonnes idées dans les SEL parues dans les Par Chemins, mensuels de la Route des SEL, depuis plus de 2 ans, ainsi qu’à la suite de 2 ateliers sur le sujet qui ont eu lieu à la rencontre annuelle des SEL à Jambville (78)en aout 2010.

Avec 485 SEL répertoriés à SEL’idaire et 70 000 selistes en France, avec les 15 ans d’existence du SEL ; il y a une source immense d’expérimentation à partager ! Partager ces idées, expliquer ce qui marche, ce qui ne marche pas ou marche moins permettra une évolution des SEL ; c’est objectif des ces ateliers.

*************************************

I - COMMUNICATION

1- Communication au sein du SEL

- Bulletins : tous les mois, tous les 2 mois ou trimestriel. Diffusés par Internet, par courrier postal, par points de distribution, par le porte à porte ou exclusivement de la main à la main pendant les BLE (c’est l’option choisi à Brest de façon à stimuler le lien entre les SEListes qui y voient une raison supplémentaire de venir à la BLE et donc une occasion de plus de se rencontrer),......

- Catalogue d’offres et demandes : par an, tous les mois ou tous les 2 mois, avec une mise à jour, dans le bulletin généralement.

- Pendant les BLE : affichage, tables rondes, distribution du bulletin, du catalogue d’offres et demandes, de plaquettes,...

- Moyens informatiques :

* liste de diffusion : parfois spécifique pour les urgences, comme ‘selurge’. Parfois l’abonnement à cette liste est faite d’office pour tous les adhérents (on peut toujours se désabonner si on le souhaite) ;

* site ou blog : permet l’autonomie dans l’inscription des offres et demandes, de s’inscrire aux tâches proposées,... (Voir le site du SEL du lac de Genève : http://www.seldulac.ch/) ;

* forum : à priori rarement efficaces...

- Parrains : pour les non connectés à Internet ; solutions qui marche avec plus ou moins de bonheur...

- Téléphone ! (Monique D - Guillaume SEL - Caen) : on ne pense pas toujours à téléphoner, pourtant c’est ce qui semble le plus efficace : si on a besoin d’un objet précis ou d’un coup de main, appeler quelques selistes ciblés peut être bien souvent le meilleur moyen ! En tout cas plus efficace que les annonces dans le catalogue d’offres et demandes ou le bulletin, qui ne sont pas toujours lus... Communication d’infos hors SEL dans le SEL

La pertinence d’informer les autres selistes de ses « bons plans » ou infos, surtout locales, qui peuvent les intéresser, semble de plus en plus évidente dans les SEL. Mais comment ne pas importuner ceux qui ne sont pas intéressés ?

- Liste de discussion : plusieurs SEL ont une deuxième liste de discussion spécifique pour les infos hors SEL (sauf infos politiques), ‘horselinfo’ par exemple. Abonnement non d’office, mais seulement si intéressé.

- Forum : plusieurs SEL ont un forum pour les infos hors SEL.

- Rubrique dans le bulletin : certains SEL ont une rubrique « bons plans » dans leur bulletin. 2- Communication InterSEL au niveau régional

3 personnes présentent l’organisation de leur région :

Bretagne (Alain N - Breiz-I-SEL - 29)

- Une fois par an une rencontre interSEL régionale a lieu sur un week end, organisée par un SEL différent à chaque fois. Il y a environ une centaine de personnes qui participe. Cette rencontre est ouverte à tous, même hors région. Le week end est plus riche en convivialité qu’une seule journée.

Samedi à 14h : BLE ; à18h : ateliers divers, ludiques, à 20h : repas partagé ; à 21h30 : concert/bal.

Dimanche matin : balade, atelier d’échange d’idées, atelier info, table ronde,... ; 12h : repas préparé par le SEL organisateur ; 14h : convivialité.

La rencontre est plus dense que les rencontres annuelles nationales car plus de proximité géographique et les gens peuvent se revoir plus facilement. La BLE est importante.
- Création d’un site Internet (http://netoos.org/bretsel/) avec 45 SEL pour le partage des infos, la communication entre SEL et le échanges originaux pas faciles à trouver dans son SEL. Il y a peu d’échange sur les forums... mais cela marche bien autour des rencontres annuelles régionales. Pas de cotisation.

Ile de France (Dominique D - SEL Est de Montreuil - 93) - 32 SEL.

- Création d’un catalogue Internet régional avec inscription volontaire, validée par le SEL (pour vérifier que la personne est bien cotisante dans ce SEL).

- Une documentation de communication a été créée en commun avec une page de présentation du SEL et au verso la liste et les coordonnées de tous les SEL IdF

- Tenue de stands : comme c’est à Paris qu’il y a la plupart des manifestations nationales (Marjolaine, salon Zen,..), cela a permis de décharger un peu le SEL de Paris et de se répartir la tenue des stands.

- Répondre à la presse : exemple : possibilité de faire avec plusieurs SEL une BLE plus ou moins fictive rapidement pour répondre à une demande de journaliste.

- Organisation de BLE interSEL, ouverte à tous, même hors région. Ouverture des BLE des SEL aux autres SEL sur le principe de conversion : 1monnaie = l’autre monnaie ?

- Organisation de la rencontre nationale des SEL en 2010.

- Dynamiser : une assurance groupée à un prix très intéressant a été contactée. Cela a aidé à faire passer le message d’une organisation interSEL, car les gens bien dans leur SEL ne voyaient pas l’intérêt du réseau. Une cotisation est perçue, elle couvre l’assurance et le cout d’organisation des stands.

- Création d’une monnaie commune : lorsque le SEL est invité (par une mairie à une fête des associations) on utilise cette monnaie pour faire comprendre le principe des échanges aux visiteurs (que l’on fait participer car la proximité leur permet de retourner chez eux chercher des objets)

PACA (Jacqueline L- SEL des Mées - 04)

Une réunion par an a lieu afin de coordonner nos dates et pour échanger notre vécu de l’année. 4 rencontres interSEL ont lieu chaque année, où sont représentées tous les Sel PACA ; une par saison, chacune organisée par un SEL différent. Ouvertes à tous, même hors région. Le Sel de ROGNES l’organise sur un week end. Pour notre SEL c’est à l’étude. Sur un week end, la convivialité est plus forte que sur une journée.

Cette année le Sel des Mées avait commencé la journée par différents ateliers : poterie, maquillage, collages papiers sur figurine et explication sur le métier d’apicultrice avec documentation à l’appui.

Sylvie B (SEL des 7 Colines de Sainté - 42) nous dit quelques mots sur l’interSEL de Lyon : même unité d’échange, un carnet commun.

Les SEL du Grand Nord et les SEL de l’Atlantique ont chacun créé une liste de discussion Yahoo InterSEL : « intersel du grand nord » et « intersel océan ».

Parallèlement de plus en plus de SEL organisent des BLE ouvertes aux autres SEL, avec balade, et diverses activités (SEL du Pays de Saint Marcellin - 38)

3- Communication InterSEL au niveau national

- Les rencontres annuelles nationales organisées par les SEL qui le souhaitent.

-  Les outils de SEL’idaire : site (http://selidaire.org) ; ELL (Echange - La lettre de SEL’idaire) ; BMS (Bulletin Mensuel de SEL’idaire) ; les listes de discussion selidaire-xxx (comme celle de l’atelier moyens d’échanges par exemple, qui partage des réflexions et expériences sur les moyens d’échanges existants et à inventer, que ce soit au niveau local mais aussi au niveau national et international. Voit l’article : « Comment faire des echanges interSEL ? » : http://selidaire.org/spip/article.php3?id_article=1452)

- Les outils de la Route des SEL : site (http://www.route-des-sel.org/ ; Par Chemins (mensuel).

- Les outils de la Route des Stages : site (http://route.stages.free.fr/ et http://route.stages.free.fr/catalogue/)

4- Communication vers tous publics - Faire connaitre le SEL

- Le site de SEL’idaire, de la Route des SEL, de la Route des Stages et des SEL bien sur, mais aussi :

- Articles dans la presse, interview radio et TV

Le SEL de Durance a eu des retombées à la suite d’articles dans les journaux et à la télévision.

- Plaquette (la déposer dans les magasins bio, les maisons de quartier, centres sociaux,...)

- Faire un bulletin spécial : le SEL du Grand Nord a réalisé un journal des SEL spécial "développement durable" qui est diffusé largement : 4 pages avec une présentation de ce qu’est un SEL, la liste des SEL du Nord et deux pages de conseils : "les trucs des selistes" pour un développement durable. (Imprimé par le conseil régional).

- Présentation dans les lycées et les collèges (SEL Cocagne - 31) ; les universités (SEL Gabare - 33)

- Tenir des permanences : SEL du Maine (manque de volontaires pour tenir des permanences, recherche d’un relais par l’intermédiaire des centres sociaux). SEL Gabare (abandonné car pratiquement jamais personne)

- Tenir des stands SEL sur diverses manifestations (Forum des Associations, festivals alternatifs, foires bio, salons, journées de l’ESS,...) (Pour rappel, la Coordination des SEL d’Ile-de-France, permet d’organiser cela entre tous les SEL de la région pour les manifestations à Paris). Fabriquer sur un tissu blanc une longue banderole que l’on peut accrocher sur un stand, entre 2 arbres,... (Coordination IdF)

- Rencontres SEL et bourse d’échange ouverte à tous publics

En Limousin, en Île de France, le SEL Gabare (33), le SEL de Risle (27) (stand à l’occasion du Printemps des Solidarités. Sur ce stand les gens font des échanges et gagnent des unités sans être adhérent)

Mode d’emploi proposé par le SEL Gabare (33) pour les Bourses Locales d’Echange ouvertes

Les personnes n’étant pas adhérentes au SEL peuvent participer à cette Bourse Locale d’Echange.

Pour cela amener diverses choses à échanger : un gâteau, des graines, des fruits, des petits objets ou encore des réalisations personnelles : cartes, poèmes, etc.....

Une enveloppe de 50 bouchons (unités SEL) sous forme de petits billets vous sera remise à l’entrée.

Ces 50 bouchons vous sont prêtés pour pouvoir effectuer vos échanges. Lorsque vos échanges seront terminés, vous repasserez par l’accueil avant de quitter la salle et au plus tard à 17h lorsque la BLE (Bourse Locale d’Echange) sera terminée. A l’accueil on vous remettra un bon que vous pourrez utiliser dans le SEL Gabare si vous décidez d’adhérer et de poursuivre vos échanges, quel que soit le montant du nombre de bouchons qui vous restent. (Exemple : il vous reste 55 bouchons, vous aurez un bon de 55-50 soit 5 bouchons)

En Ile de France la monnaie créée est en /4h, 1/2h et 1h pour permettre d’expérimenter sans se référer à l’euro, mais au temps.

- Organiser un quizz : à Saint Etienne, pour faire comprendre le fonctionnement à tout public, un stand est tenu lors de la rencontre de l’ESS avec un quizz fait par le SEL avec des questions concernant tous les autres stands. Selon l’exactitude des réponses, un certain montant en monnaie papier est donné. Avec on peut avoir un objet sur le stand.

- Autres idées : à Lille, lors de la Braderie, un stand est tenu par 2 SEL (SEL de l’Arbre et RijSEL). Les selistes donnent des objets et les « bradeux » donnent ce qu’ils estiment juste : ceci permet d’interpeller les visiteurs et amorce la discussion.

Et puis certains SEL estiment avoir trop d’adhérents et ne veulent plus se faire connaitre ! (SEL Cocagne - Toulouse).

Il y a aussi Peuplade, hors SEL, qui permet des échanges sur toute la France (voir le site : http://www.peuplade.fr/)

II- ACTIVITES DANS LES SEL

1- Les BLE (Bourses d’Echange Locales) ou BEL ou marché SEL,...

- Les BLE à thème : en plus des BLE habituelles que tout le monde connait, des bourses d’échange à thème se multiplient au fil des saisons ; bourse aux graines et aux plants, foire aux savoir-faire, spécial Noël avec que des choses qui peuvent s’offrir, spécial Noël avec que des fabrications « maison »,...

Le cas des BLE alimentaires : s’il y a bien un endroit où l’on peut dédommager au cout réel la production, c’est bien dans le SEL ! 1 heure = 1 heure pour tous ? Vraiment pour tous ?! Alors un kilo de tomates, c’est 50 minutes ! Qu’on se le dise ! ! ! Pour qu’une BLE alimentaire fonctionne, il faut d’abord que les selistes prennent bien conscience de la vrai valeur de la production...Il est indispensable de soutenir activement les quelques trop rares producteurs présents dans les SEL et jamais on ne devrait entendre "c’est trop cher !" lorsqu’un producteur propose ses légumes alors que tous les autres stands sont du style vide grenier...

Il est indispensable aussi de réfléchir à comment le producteur aura l’usage des unités SEL qu’il aura reçues, car il risque vite de capitaliser... (Le comble, c’est d’entendre des critiques contre un producteur qui a amassé des unités en offrant sa production alors que personne ne veut aller l’aider un peu et lui permettre ainsi de baiser son solde trop élevé...).

Des solutions possibles :

- qu’on ne puisse profiter de la BLE alimentaire que si on amène soi-même de la nourriture à échanger (si on ne produit rien, on peut cuisiner : plats tout prêts et gâteaux auront aussi beaucoup de succès !)

- ou bien qu’un engagement soit fait de participer à des chantiers collectifs ou coups de main chez les producteurs. (L’exemple du marché alimentaire tous les 15 jours de Troc’Lot - 46, semble être le seul à ce jour qui est existé plus de 10 ans...)

2- Des échanges originaux

Un partage des idées sur le sujet seraient très utile et la réalisation d’un dico commun ou d’une liste des possibilités qui serait proposée aux SEL sur le site de SEL’idaire est demandé. Cette liste, faite par les SEL chacun de leur côté, est souvent proposées lors de l’accueil des nouveaux (voir plus loin, chapitre IV - 3)

2 exemples originaux :

- Conseils juridiques (Au SEL à Brest une personne, grâce à ses compétences, a aidé à effectuer les démarches administratives en vue de l’obtention d’un statut de réfugié politique un couple venant d’un des pays de l’Est).

- Photos d’identité (Prendre en photo ceux et celles qui ont des besoins pour cartes ou passeports divers, les mettre au bon format afin qu’elles soient utilisables par les services administratifs, les graver sur CD-ROM)

3- Les chantiers collectifs ou festifs (ou ‘brigadou’ à Château Arnoux)

Aide au déménagement, aide au débroussaillage, au désherbage, reconstruction de murets, rangement d’un grenier,...

- contre unités SEL,

- ou contre unités et repas,

- ou seulement contre un bon repas et toujours un bon moment d’échange assuré !

4- Le prêt d’outils, d’ustensiles de cuisine

Le « SELoutou » du SEL Gabare (33), le « râtelier d’ADELES » (SEL d’ADELES - 33) et puis le « festin d’ADELES » (prêt d’ustensiles de cuisine, de vaisselle,...) ; l’ « Outilthèque » des SEL l’Arbre et RijSEL (59) (voir aussi le compte rendu de l’atelier « acquérir des biens communs »)

5- Des ateliers ou clubs

- Relooking de vêtements, club vélo, club lecture, atelier cuisine du monde, soirées jeux de société, ...

- atelier de réflexion : sur la monnaie, sur le PFH (P... de Facteur Humain de Patrick Viveret ! - en Belgique)

Un mix de plusieurs idées : ateliers, sorties, coups de main,...

Le calendrier de l’AVENT du SEL de Carpentras (depuis 9 ans, c’est la porte d’un adhérent qui s’ouvre chaque jour du 1e au 25 décembre, pour passer un moment convivial entre nous - Activités très variées proposées : soirée contes, jeux de société, théâtre, promenades, crêpes, soupes, musique, peinture, lecture, créativité manuelle, p’tit déj en pyjama, et même chantiers collectifs ! l’imagination des SELiens est presque sans limite !)

6- Des sorties

Rando, pique nique, tournée de visite des jardins des selistes tout l’été, associée à des soirées pique nique et grillades (SEL de Villeneuve/Lot), ...

7- Bibliothèques et médiathèques

8- Des jardins partagés

Beaucoup d’échecs et de déceptions avec les jardins partagés... Une méconnaissance évidente des citadins pour le travail de la terre et la croyance parfois qu’il suffit de semer pour récolter... Bien s’informer, cadrer à l’avance et définir les objectifs.

Voir l’article « Conseils pour créer un jardin SEL ou partagé » qui fait suite à l’atelier « Jardins SEL et autres jardins partagés » qui a eu lieu le vendredi 22 août 2008 à la rencontre annuelle de Saint Aubin du Cormier : http://www.selidaire.org/spip/article.php3?id_article=1534

C’est l’occasion de s’initier au jardinage, mais aussi, avec un peu d’assiduité, de se fournir en légumes à moindre frais. (A Paris les SEL participent aux jardins partagés de la Poterne des Peupliers et de l’Aqueduc)

9- Se former dans le SEL

Elisabeth Carbone a pu s’exercer au maraîchage chez des producteurs du SEL, bien avant de faire une formation officielle.

III- A LA FRONTIERE DU SEL

1- Le don

- Les tables de don : chacun y pose ce qu’il veut donner (mais veiller à ce que cela ne devienne pas une poubelle de fin de BLE ! Ou alors s’organiser pour emmener tout cela aux Emmaüs...),

- les BLE de don, les SEL sans unités.

2- Partager des vacances

VacanSEL autogéré à Salvagnac (81) en camping partage de la fabrication des repas (2,50 à 4 euros), ateliers, balades,... (voir l’article dans le Par Chemins N°22 de mars 2010 : http://www.route-des-sel.org/spip.php?article114 ou le site : http://www.vacansel.org)

3- Acquérir des biens communs

Voir le compte rendu de l’atelier du même nom de cette même rencontre annuelle.

4- Co-voiturage et partages de voitures

Voir le guide du covoiturage proposé par le SEL gabare - 33 : http://www.selidaire.org/spip/spip_redirect.php3?id_article=1164

5- Obtenir des réductions en euros - Echanger moitié euros/moitiés unités SEL

- il y a eu un magasin bio à Cahors dont le propriétaire, seliste lui-même, acceptait de vendre aux selistes une partie en euros, l’autre en unités SEL.

- chez un boulanger du SEL,

- avec un osthéopathe,...

6- Créer une épicerie selidaire

- Voir l’expérience de Château Arnoux http://www.selidaire.org/spip/article.php3?id_article=1108

- L’EpiSELrie du SEL de Grenoble (se procurer à prix coûtant des produits d’épicerie auprès de l’association lyonnaise « Revivre » qui récupère chez les grandes surfaces les articles mis au rebut. Le but de l’épiSelrie est de dépanner ponctuellement, c’est un système de solidarité interne au SEL).

7- Créer un groupement d’achats

Bio SEL est un groupement d’achat qui a démarré avec des selistes, maintenant il y en a une douzaine en PACA. Cela marche exclusivement avec des euros, mais l’esprit du SEL y est !

8- Lien SEL - AMAP

- Voir le compte rendu de l’atelier qui a eu lieu à la rencontre annuelle des SEL à Saint Aubin du Cormier en 2008 : http://www.selidaire.org/spip/article.php3?id_article=1547)

- A Nanterre, au sein d’une association (CEAN - Consommer Echanger Autrement à Nanterre), une AMAP et un SEL ont été créés et fonctionnent ensemble. 200 personnes dans l’AMAP, 50 au SEL.

- A Terre d’ADELES (Pessac- 33), tous les amapiens font partie du SEL. Ceux viennent au jardin associatif ont des unités SEL, mais pour ceux qui ont des paniers de légumes c’est après un certains nombres d’heures donnés pour les paniers (cela fait partie de l’engagement).

Le CRIC d’Ivry (Comptoir de Ressources et d’Implications Citoyennes)

Association de l’économie sociale et solidaire, le CRIC s’attache au développement des monnaies complémentaires. Dans des locaux mis à disposition par la Ville, il favorise la mise en place de nouvelles pratiques et la création de nouveaux liens grâce à l’utilisation d’une monnaie-temps. Grâce à cette monnaie, l’ensemble des activités sont proposées et mises en œuvre par les adhérents : atelier bricolage, boutique dépot-vente, théâtre-forum, atelier d’écriture, couture, espace cyber, projection de films documentaires, expositions, redistribution de pain biologique, épicerie solidaire, AMAP, redistribution de produits du circuit court, ateliers cuisine, soirées conviviales... Ouvert à tous, le CRIC est un espace citoyen convivial où l’argent n’est plus la priorité mais où la participation, l’entraide, la coopération sont véritablement mises en pratique. Voir : http://projaide.cg94.fr/cric-comptoir-de-ressources-et-dimplications-citoyennes

9- Garages associatifs

10- Habitat groupé

Plusieurs selistes des SEL autour de Rennes sont un projet d’habitat groupé.

Il y aurait aussi une expérience à Toulouse ???

Quelques selistes ont mis en place un groupe de discussion qui a pour objectif de réfléchir sur les habitats groupés au sein des SEL, 3 ateliers ont eu lieu sur le sujet pendant les rencontres annuelles, à Saint Aubin du Cormier en 2008, à Carpentras en 2009 et à Jambville en 2010. Liste de discussion : selidaire-habitat-groupe@yahoogroupes.fr

11- Partage de livres

A Nanterre, un réseau a été lancé sur le modèle des circul’livres de Paris. On récupère les livres que les gens ont en trop chez eux et on les mets à disposition, une fois par mois, sur un lieu public. Tout ceci peut s’articuler avec des projets de soutien des bibliothèques, projets de bibliothèques, etc... (Catherine B - Nanterre de SEL et SEL de Paris)

12- Solidarité

- les SEL Atlantique et la tempête Xynthia (voir le dossier spécial dans le Par Chemins N°23 d’avril 2010 : http://www.route-des-sel.org/spip.php?article116

13- Que faire de l’argent accumulé sur les comptes des SEL au fil des années ?

Même avec une cotisation de 5 euros (qui est plus ou moins le minimum pour assurer un fond de trésorerie : achat de timbres, coup à boire ensemble pour une fête,...), au bout de quelque années cela devient parfois une somme conséquente qui dort sur un compte...

- Utiliser une partie de cet argent pour un ou des projets locaux correspondant à l’éthique du SEL. (A voter en AG de préférence) (Troc Lot - 46)

- Proposition soutien SEL Haïti

- Acquérir des biens communs

- ...

IV- ORGANISATION DU SEL

1- Le fonctionnement

- en association de fait ou déclarée

- sur le modèle classique avec président, secrétaire et trésorier

- en Collégiale : de plus en plus de SEL fonctionne en collégiale : pas de prise de pouvoir possible, apparemment.

- en AG permanente

- Plus d’efficacité si les réunions de travail sont régulières, à date fixe (tous les 1er vendredi du mois par exemple)

- Elire un (des) médiateur(s)

- Avoir des parrains pour les non connectés à Internet

Faire signer la charte et les statuts est une sécurité pour se prémunir en cas de conflits, surtout si cela va jusqu’aux tribunaux.

2- Les antennes (SEL Cocagne) ou secteurs (Troc’Lot) ou pôles (SEL de Paris)

Quand un SEL devient trop étendu ou bien qu’il dépasse 100 ou 150 adhérents, il est possible de créer des zones.

Troc’Lot : dans le Lot il y a parfois une distance de 100 km entre les adhérents. Le territoire a été divisé en 5 secteurs animés chacun par 2 coordinateurs. Chaque secteur organise une BLE par an et une de ces BLE est une rencontre annuelle festive, organisée chaque année par un secteur différent. Les coordinateurs de secteurs ont à charge de récolter les adhésions, de diffuser le bulletin de la manière qui est la plus pertinente sur leur secteur. Les réunion de travail sont parfois centrales (Cahors) parfois déplacées sur un secteur.

Mais avec Internet, cela change et l’organisation en secteur devient moins utile, la gestion à distance est plus facile.

Par la force des choses, les ateliers internes aux SEL deviennent parfois des têtes de secteurs géographiques (les gens proches géographiquement se voient plus souvent que les autres)

3- Parrainage de SEL

Parfois la zone géographique d’un SEL s’étend tellement, ou le nombre d’adhérents augmente tant que le SEL (ou un groupe d’adhérents) décide de fonder un nouveau SEL ; une antenne du SEL peut devenir un nouveau SEL, parrainé et accompagné par le premier dans ses débuts (SEL Bellocois et SEL du Gramatois ;SEL du Maine)

4- Les permanences

- Souvent pas très efficace, personne ne vient jamais (SEL gabare - 33)

- Dans un café, cela semble mieux marcher

- Tenir une permanence par village (SEL en Durance)

5- Bulletins et catalogues d’offres et demandes

Comment savoir combien d’adhérents lisent vraiment le journal de votre SEL ?

Au SEL Gabare (33) en 2005, un sondage a été intégré dans un des bulletins du SEL. Dans ce sondage, on demandait à ceux qui avaient lu ce paragraphe de rappeler un N° de tél et de laisser leur nom et prénom et de dire le mot « Sondage 44 » ; ils avaient alors droit à un cadeau (un petit sachet d’épices avec une recette). Délai prévu environ 17 jours. Seulement 27 ont répondu sur les 200 adhérents, soit 13,5 % des adhérents... Nous avons alors décidé de réduire considérablement le nombre de pages du journal.

6- L’accueil des nouveaux

- Au SEL Cocagne, les nouveaux s’inscrivent uniquement aux permanences. Une soirée spécifique est organisée chaque année pour les nouveaux, les anciens se présentent et répondent à leurs questions.

- Au SEL de Paname, la permanence a lieu une fois par mois. Les nouveaux doivent y venir pour recevoir une documentation sur le SEL, des explications sur le fonctionnement et entendre des témoignages d’adhérents, voire faire leurs premiers échanges. Ensuite ils sont conviés à une réunion qui a lieu une fois par mois aussi.

- Au SEL en Durance, l’accueil des nouveaux a lieu tous les 3 ou 4 mois lors d’une soirée : ils expliquent leurs motivations et les anciens se présentent.

- A Nanterre de SEL, on remet un catalogue simplifié, avant même l’adhésion, pour donner une idée de ce qu’on peut offrir ou demander.

- Aider les nouveaux à trouver ce qu’ils peuvent proposer (« Moi, je ne sais rien faire » entend-on souvent !). Une liste d’idées d’offre est bienvenue (ou un catalogue simplifié). Créer un dico de toutes les offres et demandes possibles et imaginables.

- Sur les manifestations : adhésions possibles de suite ou seulement après participation à une réunion. (beaucoup de « déchets » lors des manifestation, du boulot pour rien, motivations non confirmées,...)

-  Question : comment ne pas perdre les présentations et demandes des uns et des autres quand c’est au cours d’une réunion et pas dans le bulletin ? Il y a les offres et demandes dans les catalogues, mais pas les hobbies des adhérents, pas leurs goûts !

7- La place des enfants

Au SEL d’Amiens, des feuilles de richesses sont éditées pour les enfants. Ils ont un numéro avec l’accord et la présence des parents ou tuteurs. Ils ne votent pas aux AG. Ne participent pas aux chantiers collectifs (sauf pour porter des seaux vides par exemple !)

A Troc’Lot, les enfants ont un numéro bis et ont droit à des noisettes avec leur propre carnet d’échange.

Au SEL Gabare, un éducateur a adhéré avec les 5 ados qui sont à sa charge ; ils participaient aux chantiers, donnaient des coups de main, en échange ils recevaient des bons gouters, ils ont peut faire de la calèche et du cheval, profiter d’une piscine,.. (Une assurance spécifique existait du côté de l’éducateur).

V- CREATION DE PARTENARIAT AVEC D’AUTRES ASSOCIATIONS ET INSTITUTIONS

- Le SEL du Pays de Romans (26) a organisé en partenariat avec Emmaüs des Collines un atelier « relooker vos vêtements - Une autre mode est possible ! »,avec un défilé de mode recyclée.

- Dans le cadre de son 3ème projet social, la Ville de Bordeaux a accordé une subvention de 2200 € à l’association "SEL des Cressionnières", une initiative locale que soutient le Conseil de développement social. (Source : Bordeaux Magazine N°373 Avril 2010 page 14)

- 2 nouveaux SEL, dont la création a été imaginée et accompagnée par plusieurs assistantes sociales et soutenues par le Conseil général du Cantal, ont vu le jour à Pleaux et Mauriac (15).

- La mairie de Munster a décidé d’adhérer au PotoSEL (Centre Alsace - 68). A suivre..............

- Tango Feroz, adhérent du SEL Gabare, donnait la possibilité aux adhérents du SEL de participer aux cours de tango en unités SEL , en échange, Tango Feroz pouvait trouvé des couturières pour fabriquer des costumes par exemple.

VI- CREATION DE SEL AU SEIN D’ASSOCIATIONS

- Le SEL de Rosa-Parks existe depuis 1 an. Rosa-Parks est une résidence pour Jeunes Travailleurs et Etudiants de Bordeaux gérée par l’association L’Eveil Habitat Jeunes. Les 95 jeunes hébergés peuvent échanger en "Rosas" des services avec la résidence (ex. : accéder à l’épicerie, organiser des soirées, jardiner, tenir l’épicerie,...) et échanger bien entendu, des biens et des services entre eux. En moyenne, une bonne vingtaine sont des membres actifs de ce SEL.

- SEL au sein de comité de quartier

- L’association Terre d’ADELES à Pessac (voir chapitre III-8)

- L’association Terra Salva (46), qui regroupe des personnes convaincus que notre mode de vie doit être écologique, et qui veulent se donner les moyens d’agir au quotidien.

VII- COMPTABILITE ET MOYEN D’ECHANGE, UNITES DU SEL

1- Etalon

La plupart des SEL en France sont basé sur le temps : une unité = une minute.

Certains ont choisi l’échange comme unité : un échange = un échange.

Certains SEL n’ont pas d’unité et expérimentent le don.

Questions : Y a-t-il des expériences de monnaie fondante dans des SEL ? Le SELQSY, l’a expérimenté en 1997, mais qu’est devenue cette expérience et y en a-t-il eu d’autres ? Est-ce compatible avec le carnet individuel ? Si vous avez des infos sur le sujet, écrire à : selidaire-moyensdechange@yahoogroupes.fr

2 - Comptabilité

- centralisée

- individuelle

- sans comptabilité

La compta individuelle responsabilise chaque seliste ; et dans la tenue de son compte (connaitre son solde au jour le jour) ; et dans l’échange : si on voit que le carnet de l’autre est très en négatif, on peut refuser l’échange ou discuter du pourquoi. Ce n’est plus 2 ou 3 personnes responsables dans le SEL, mais tous. Autre avantage : moins de travail pour le comptable ! (il fait parfois des statistiques en fin d’année...) Et enfin cela facilite les échanges interSEL.

3 - Support d’échange

- bon d’échange en 3 volets

- feuille d’échange

- carnet individuel

- outils Internet

- Mixte : carnet ou feuille et outils Internet

Beaucoup de SEL ont commencé avec une comptabilité centralisée et sont passé à une comptabilité individuelle avec un carnet d’échange individuel, plus ou moins proche du modèle du JEU (Jardin d’Echange Universel - carnet téléchargeable sur : http://route.stages.free.fr/EchangerFacile.html)

Plusieurs SEL ont créé un petit carnet de la taille d’une carte bancaire ou à peine plus, qui tient dans le portefeuille (SEL Chaumont Gistoux - Belgique ; SEL des Mées - 04 ; Nanterre de SEL - 93 ; ...)

Certains ont fait un carnet identique au carnet de voyage de la Route des SEL et le passage de l’un à l’autre est très simple.

Certains sites de gestion SEL permettent de voir le solde des autres, d’autres non.

Le site de gestion des SEL de communtyforge.net, développé par Tim A du SEL du Lac de Genève, 25 SEL déjà l’utilise.

Un SEL brule les carnets en fin d’année.

4- Echange InterSEL

- Une méthode simple en cas de comptabilité centralisée consiste à créer une ligne de comptabilité "autres SEL", qui servira pour les échanges interSEL.

- Transférer son solde d’un SEL à l’autre (en cas de déménagement par exemple) : certains SEL l’acceptent, d’autres non (utiliser la ligne « autres SEL » pour la comptabilité centralisée).

L’atelier « moyens d’échange » (Voir : http://www.selidaire.org/spip/rubrique.php3?id_rubrique=238) a commencé à travailler lors de la rencontre annuelle des SEL à Carpentras en 2009 sur : « comment faciliter l’interSEL ? Quel fonctionnement proposer aux SEL pour simplifier les échanges ? » (Voir compte rendu : http://www.selidaire.org/spip/article.php3?id_article=1644) L’idée de proposer aux SEL un même support d’échange pour faciliter l’interSEL demande dans un premier temps de répertorier, puis d’analyse les systèmes de gestion existants dans les SEL avant de faire la proposition commune la plus pertinente. Un audit auprès des SEL est prévu, mais manque de volontaires pour le mettre en place...

VIII- ASSURANCE

- l’assurance-groupe MACIF proposée par SEL’idaire

- l’assurance-groupe de la coordination Ile de France

Si le SEL est au sein d’une association existante qui a d’autres activités, l’assurance du SEL ne suffit pas à couvrir l’ensemble des activités (Véronique C - Nanterre de SEL - 93)

Une pièce jointe :

Recensement bonnes idées SEL
PDF | 72.4 ko
 

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Site mis en place par les ateliers OuHPla.net de Passerelle Eco - voir notamment amap

visiteurs par jour ( au total)

Haut de page