Travailler autrement

14.10.2010 | Elisabeth
333 visiteurs  -  Aucun commentaire

Constat : Chômage, baisse du pouvoir d’achat, désir de travailler dans le respect de l’environnement et de l’humain. D’autre part, il serait intéressant de se demander pourquoi le salariat est devenu la forme privilégiée de l’organisation du travail... Certains estiment que le salariat est une forme d’esclavage.

« Le salariat, c’est l’esclavage. Un homme travaille pour un autre qui dispose de son temps en échange d’argent. Disposer du temps de quelqu’un, c’est disposer de sa vie, au moins temporairement. Le salariat est un statut bien meilleur que l’esclavage seulement parce qu’il existe un droit du travail, c’est tout". (Thierry Crouzet)

Alors pourquoi ne pas créer sa propre entreprise ?

Pour entreprendre à plusieurs et mutualiser ensemble équitablement les risques, les grandes décisions, les résultats et la gestion de l’entreprise :

La SCOP (Société COopérative de Production)

Entreprise de forme SA ou SARL. Les salariés sont associés majoritaires. Ils vivent un projet commun en mutualisant équitablement les risques et les grandes décisions. Le fonctionnement est démocratique : les salariés décident ensemble des grandes orientations de leur entreprise et désignent leurs dirigeants (gérant, conseil d’administration, etc.). Ils décident également du partage des bénéfices. L’esprit Scop favorise l’information et la formation des salariés. La Scop peut accueillir tous types d’associés extérieurs, dans la limite de 49 % du capital et de 35 % des droits de vote, attribués comme pour le salarié selon le principe " une personne = une voix ", quel que soit le montant du capital détenu.

Plus d’infos :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Société_coopérative_de_production,

http://www.scop.coop/

La SAPO (Société Anonyme à Participation Ouvrière)

Ambiance Bois (http://www.ambiance-bois.com/), entreprise de production, est une SAPO. Ce statut juridique original reflète leur choix de « travailler autrement », c’est-à-dire de façon coopérative, autogestionnaire et alternative. Ils ont voulu expérimenter la formule selon laquelle « d’autres mondes sont possibles » en commençant par organiser leurs pratiques quotidiennes, et en particulier leur travail, dans le sens vers lequel nous aimerions voir évoluer le fonctionnement de nos sociétés. Ce statut est peu connu et donc peu utilisé.

Pour des informations générales sur les SAPO :

http://lexinter.net/Legislation/sa_a_participation_ouvriere.htm

Pour associer autour d’un projet de développement local, les salariés, les bénévoles, les clients de l’entreprise, et ses partenaires publics ou privés :

La SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif)

Forme privée et d’intérêt public. Elle permet d’associer salariés, bénéficiaires, bénévoles, collectivités territoriales ou tous autres partenaires, veulent agir ensemble dans un même projet de développement local.

Plus d’infos : http://fr.wikipedia.org/wiki/société_cooperative_d’interet_collectif http://www.scic.coop/

Pour entreprendre en solo

Le statut d’auto entrepreneur

Il permet de créer une entreprise individuelle pour exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale, à titre principal ou complémentaire, et dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas en 2009 : 80 000 euros HT pour une activité d’achat/revente, de vente à consommer sur place et de prestation d’hébergement, 32 000 euros HT pour les prestations de services. L’auto-entrepreneur bénéficiera : d’une dispense d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS) pour les commerçants, ou au répertoire des métiers (RM) pour les artisans ; d’une exonération de TVA ; d’un régime micro-social simplifié ; et sur option, d’un régime micro-fiscal simplifié (versement libératoire de l’impôt sur le revenu) et d’une exonération temporaire de taxe professionnelle.

Plus d’infos : http://www.lautoentrepreneur.fr

Tester un projet individuel sans être obligé de créer de structure juridique et en étant accompagné et formé, rejoignez la coopérative d’activités et d’emploi de votre région.

Intégrer une CAE (Coopératives d’Activités et d’Emploi)

Ce sont des Scop qui accueillent et accompagnent des demandeurs d’emploi et des entrepreneurs individuels qui souhaitent tester leur projet d’activité sans obligation d’immatriculation juridique et sans risque de perte de droits sociaux : hébergement juridique, appui à l’administration et à la facturation, statut de salarié en CDI de la coopérative, accompagnement et suivi sur le métier d’entrepreneur, échanges avec les autres entrepreneurs qui testent leur projet au sein de la coopérative.

Plus d’infos, avec l’annuaire des CAE en France :

http://www.cooperer.coop

et voir aussi :

http://www.copea.fr

Le cas particulier de la coopérative OXALIS

Coopérative d’entrepreneurs salariés, créée en 1997 en Savoie sous forme de SCOP-SARL, dans l’intention de construire de nouveaux rapports au travail, privilégiant

- coopération,
- participation active,

- solidarité,
- épanouissement de la personne

- mutualisation de moyens,

- respect de l’environnement.

En 2001, OXALIS transforme ses modes de fonctionnement pour mettre au service de porteurs de projets ses compétences d’appui à la création d’activité et ses moyens logistiques. = "coopérative d’emplois et d’activités". En 2006, elle devient SCOP-SA. Elle fédère aujourd’hui plus de 150 entrepreneurs-salariés et CAPE (Contrat d’Accompagnement au Projet d’Entreprise).

Elle met en commun pour l’ensemble des salariés coopérateurs :

- des moyens de gestion administrative ;

- d’échanges professionnels ;

- de trésorerie ;
- de formations ;

et un accompagnement pour le développement de l’activité de chaque entrepreneur sur une base en partie individuelle, et en partie collective (échanges, formations...)

Son siège social est à Bellecombe-en-Bauges, en Savoie, mais elle reçoit des créateurs d’activités de tout le territoire national. Elle a créé depuis deux ans des établissements : en Rhône Alpes, en Limousin, en Auvergne, en Poitou-Charentes, en Bretagne, en Aquitaine, et bientôt en Nord-Pas de Calais ; la coopérative peut ainsi intervenir à l’échelle nationale à partir de ses bases locales. OXALIS renforce les chances de succès de création d’activités par une action collective solidaire. Elle est étroitement liée au monde rural et aux mouvements de l’économie solidaire.

OXALIS est une des coopératives initiatrices du réseau national COPEA (www.copea.fr), qui fédère des coopératives d’activité partageant la même philosophie d’action et souhaitant mutualiser leurs démarches de gestion, de recherche/développement, de lobbying...

Pour plus d’information : www.oxalis-scop.org

Portage salarial et multisalariat

Formes de travail alternatives, le portage est appréhendé avec méfiance, comme l’intérim il y a quelques années. Il permet pourtant à un esprit entreprenant de travailler comme un indépendant, tout en conservant la même couverture sociale que les autres salariés. Il a des clients, mais ne les facture pas : c’est la société de portage par laquelle il passe qui s’en charge. Le multisalariat permet de travailler pour plusieurs employeurs en temps partagé. Il doit respecter certaines règles (notamment la durée maximale du travail), car il n’existe pas de statut spécifique au multisalariat.

Plus d’infos :

http://cadres.apec.fr/delia/MaCarriere/ALaUne/ApecViewArchivedDetails/currentArticle_ART_12235/motherTopic_TOP_37/motherTopic_ART_null/currentTopic_TOP_918/currentTopic_ART_null/Travailler_autrement_portagesalarial_et_multisalariat.html

Diverses autres infos

REPAS (Réseau d’Echanges et de Pratiques Alternatives et Solidaires)

Fonctionnement proche d’entreprises et d’associations organisées suivant les principes de la coopération et de l’autogestion. En 1994, création d’un réseau d’une dizaine d’entreprises où convergent des pratiques alternatives vécues au quotidien depuis de nombreuses années. L’originalité de REPAS est de réunir ses membres sur des critères ni professionnels, ni géographiques, ni économiques, ni d’intérêts catégoriels, mais autour de valeurs sur lesquelles chaque entreprise se fonde et se reconnaît : solidarité, autogestion, égalité, primauté de l’humain sur l’économique, utilité sociale. Les objectifs : mieux se connaître et pour cela se déplacer chez les uns et les autres, progresser dans nos propres recherches et pratiques en les partageant, comparer, discuter, évaluer comment les uns et les autres nous organisons les circuits de l’argent, la prise de responsabilités, la croissance de nos projets, etc...

Pour en savoir plus : www.reseaurepas.free.fr

APCE (Agence Pour la Création d’Entreprise)

http://www.apce.com/

Spécificités des projets agricoles

Pour s’installer avec un projet de petite ferme, voir pour un accompagnement des ARDEAR, CIVAM, GAB,... Formation : BPREA - Foncier : Terre de Liens, GFA et SCI - Commercialisation en circuit court (sans intermédiaire ou un seul) et de proximité : marché, vente à la ferme, coopérative, AMAP,...

Elisabeth Carbone, conseils et accompagnement de création d’AMAP dans le Limousin,

05 55 84 15 58

amap.conseils.limousin@gmail.com

soutenue par le Réseau Agriculture Durable

entrepreneure salariée de la SCOP CESAM-OXALIS 2 ave Foch 87120 Eymoutiers

05 87 50 13 84

siret n° 410 829 477 00026 - APE : 8299

Articles les plus consultés

Articles récemment mis à jour

Site mis en place par les ateliers OuHPla.net de Passerelle Eco - voir notamment amap

visiteurs par jour ( au total)

Haut de page